Catégories
Warren Buffet

L’effet boule de neige: Warren Buffet

Warren Burret

The Snowball Summary, est un résumé du livre d’Alice Schroeder sur le magnat de l’investissement américain, Warren Buffet.

Ce livre comprend principalement une biographie de l’homme d’affaires, ses célèbres citations, quelques points clés à retenir et une critique.

Warren Buffett est un personnage modeste, qui en dépit de sa fortune, s’octroie un salaire annuel de 100.000 dollars, soit le revenu de la classe moyenne américaine. De plus, il vit toujours dans sa première maison d’Omaha, qu’il a acquise en 1958.

Même si l’homme d’affaires apprécie énormément l’argent qu’il gagne mieux que quiconque dans le monde, il vit de manière modeste. Pour le sage d’Omaha, les vêtements n’ont aucune importance, il apprécie toujours son vieux costume coûteux, fait sur mesure.

Ancienne analyste de recherche célèbre, Alice Schroeder retrace la vie du philanthrope américain de manière remarquable. Elle décrit la philosophie d’investissement et les activités commerciales de Warren Buffett tout en recourant à quelques témoignages.

Ce résumé permettra aux lecteurs de comprendre : qui est Warren Buffett, quelle est son histoire professionnelle et personnelle, quelle est sa philosophie d’investissement et comment devenir l’homme le plus riche du monde.

Warren Buffett s’est engagé à devenir très riche, tôt dans la vie. Aujourd’hui, il est classé troisième fortune mondiale selon le magazine Forbes. Buffett a créé sa fortune grâce à ses critères d’investissement experts, sachant qu’il est très performant lorsqu’il s’agit de trouver une entreprise de valeur à long terme.

Le résumé de l’effet boule de neige

L’individu le plus riche du monde

Warren Buffett a gagné son immense fortune tout seul. Il préfère travailler et vivre à Omaha au Nebraska, au lieu de vivre à proximité de Wall Street. Omaha, est une petite ville située au centre des États-Unis. Alors que tout le monde perçoit Omaha comme une ville ordinaire, Warren Buffet en a fait le centre de sa vie. Pour générer une telle richesse et devenir l’une des premières fortunes de la planète, Buffett a effectué des études sur la bourse en apprenant tout ce qu’il pouvait sur les entreprises et leur potentiel de croissance.

La philosophe d’investissent de Buffett s’est d’abord inspirée de celle de son mentor, Benjamin Graham. Cette philosophie consiste à rechercher des entreprises qui ont des actions bon marché, puis il investit. De plus, il n’est aucunement inquiété par les fluctuations saisonnières, car ses investissements sont à long terme, sachant que les entreprises choisies ont les bases solides et un grand potentiel de rendement. Evidemment, sa stratégie a l’air facile en théorie, mais en pratique elle est plus compliquée. Alors, comment ce magnat de l’investissement est-il devenu le meilleur sélectionneur d’actions et évaluateur d’entreprises ?

La réponse se trouve dans l’enfance de l’homme d’affaires, alors qu’il n’était qu’un enfant. Il voulait absolument devenir riche, et sur l’une de ses photos à cette époque de sa vie, il tient son jouet préféré : un distributeur de pièces de monnaie. En grandissant, Warren Buffett lisait et étudiait tout ce qui avait trait aux affaires et à l’investissement.

Ses premières années

Certains membres de la famille de Buffett, comme son grand-père étaient d’honnêtes commerçants du Nebraska. Son père a d’abord travaillé dans l’épicerie de son grand-père avant d’avoir effectué des études à l’université du Nebraska, suite auxquelles il avait commencé à vendre des assurances.

Warren Edward Buffett est né en 1930 pendant la Grande Dépression. Enfant, il collectionnait les objets et les chiffres. Ses hobbies se limitaient à compter. C’était un véritable petit homme d’affaires qui vendait des chewing-gums à ses voisins, des balles de golf qu’il se procurait près d’un terrain de golf et même du popcorn. A cet âge, Buffett économisait chaque centime qu’il gagnait. Au fur et à mesure qu’il grandissait, il lisait tous les journaux et livres d’investissement dans le bureau de son père. Son livre préféré était « Mille façons de gagner 1.000 $ ». Il s’est fait la promesse de devenir millionnaire à l’âge de 35 ans.

La Grande Dépression

Lorsque son père a été élu au Congrès dans les années 40, Warren déménage à Washington D.C. Il entre au collège et livre des journaux pour gagner de l’argent. A 14 ans, il fait sa première déclaration d’impôts, alors qu’il avait 1.000 dollars d’économies. En poursuivant ses efforts, il a fini par doubler ce montant, puis a acheté une ferme de 40 acres dans le Nebraska. Adolescent, Buffett a acheté un flipper d’occasion avec un ami et l’ont placé chez le coiffeur local, et quelques mois plus tard ils en ont acheté d’autres qu’ils ont placé dans d’autres salons établis à Omaha. Le jeune adolescent a même participé à des courses de chevaux handicapés.

Etudes et vie familiale

Après avoir terminé ses études secondaires, Warren Buffett fréquente l’université de Pennsylvanie pour une courte durée. Lorsque Harvard l’a rejeté, Buffett s’est retourné vers l’université de Columbia où il a étudié auprès de celui qui allait devenir son mentor, Benjamin Graham. A cette époque, il a lu « Security Analysis », le livre écrit par Ben Graham avec David Dodd, un autre professeur.

Warren Buffet investit déjà son argent en bourse, en optant pour les entreprises qui gagnent de l’argent en maintenant des coûts bas. Parmi ces entreprises, figure la compagnie d’assurance GEICO. Buffet a commencé son investissement en achetant 350 actions. Plus tard, le diplôme en poche, le jeune investisseur retourne chez lui à Omaha où il vend ses actions pour la société de son père. Il enseigne parallèlement les bases de l’investissement à l’université d’Omaha. Buffett, fait la rencontre de Susan Thompson, qu’il épouse par la suite. En 1951, son capital s’élève à 19.738 dollars, Buffett le réinvestit.

Warren vit modestement des revenus qu’il gagne. Pour lui, cela ne pose aucun problème car il aime ce mode de vie. Econome, le jeune homme ne lave sa voiture que lorsqu’il pleut. Son premier enfant naît en 1953, il s’agit d’une fille prénommée Susan Alice, plus tard le couple a eu deux autres enfants Peter et Howard.

Travailler avec Graham

Ayant reçu une offre d’emploi de Graham, Warren s’installe avec sa famille à New York. Il travaille dans la société d’investissement de Graham, en appliquant sa philosophie qui consiste à se concentrer sur la valeur nette des entreprises. Buffett a acheté des actions dans des sociétés sous-évaluées par Wall Street, et que Graham qualifie de « mégots de cigares ». Warren étudie Moody’s et Standard & Poor’s. Il devient un expert des chiffres et de leur analyse, et fait sensation dans l’entreprise de Benjamin Graham en suggérant de grands achats. À sa retraite, Graham propose à Buffett un partenariat, mais ce dernier préfère retourner chez lui à Omaha, parce qu’il n’est allé à New York que pour travailler avec Graham, et vu que ce dernier allait prendre sa retraite, Warren ne voulait plus y travailler.

Warren Buffett et Benjamin Graham

Buffett Associates Ltd.

Alors qu’il disposait de 174.000 dollars en 1956, Warren voulait déjà prendre sa retraite, vu qu’il prévoyait de vivre des revenus d’investissement. Il crée sa nouvelle société Buffett Associates Ltd., invite quelques proches puis leur propose de bénéficier de son expertise. Six personnes acceptent le partenariat, parmi lesquelles figure son épouse Susan, sa sœur Doris, sa tante Alice et son beau-père. Warren était le septième associé. Au-delà d’une limite de 4 %, ses partenaires devaient lui verser 50 % des bénéfices et qui allaient être utilisés comme frais de gestion. Le nombre d’associés augmente et le partenariat commence à porter ses fruits. Parmi ses nouveaux associés, figure Charlie Munger, qui devient son principal associé. À cette époque l’hommes d’affaires tirait des bénéfices élevés de ses partenariats, l’effet « boule de neige » augmentait de manière considérable.

Avec un million de dollars/an en 1958, Buffett prévoyait de battre le Dow Jones de 10% par an. Il n’a plus engagé de nouveaux partenaires, mais a fusionné son partenariat avec Buffett Partnership Ltd. Ses actifs s’élevaient alors à 7,2 millions de dollars. Devenu millionnaire, Warren Buffett investit en bourse. Alors que son investissement initial dans American Express était rentable, celui de Berkshire Hathaway n’a pas été rentable alors qu’il a acheté 2.000 actions de la société à 7,5 dollars l’unité. L’investisseur a fini par acheter toute la société.

San Francisco &Susie

Trop occupé à amasser sa fortune, un événement allait bientôt lui échapper. Sa femme, devenue chanteuse à temps partiel commençait peu à peu à se séparer de lui, tout en le soutenant.

En 1996, la valeur nette de Buffett s’élevait à 10 millions de dollars, mais Berkshire Hathaway n’était pas performante. Buffett a tenté de la vendre à Charlie Munger, mais ce dernier a refusé. Buffett a procédé ensuite au licenciement de nombreux travailleurs, puis a abandonné l’activité textile pour transformer Berkshire Hathaway en société d’investissements. Devenu un magnat de l’investissement, Buffett voit en 1974 sa fortune franchir la barre des 70 millions de dollars. Trois ans plus tard, alors qu’il était âgé de 47 ans, sa femme part s’installer seule à San Francisco pour se consacrer à sa carrière de chanteuse. Le couple reste marié et communique quotidiennement par téléphone.

En 1978, à la demande de Susie, une amie à elle nommée Astrid Menks commence à s’occuper de Warren. Cet arrangement a bien fonctionné pour Warren et Astrid et même pour Susie.

De plus en plus riche

La fortune de Warren Buffett ne cesse d’accroître. En 1980, l’action de Berkshire Hathaway valait 375 dollars. Trois ans plus tard, sa valeur nette s’élevait à 680 millions de dollars. Surnommé l’Oracle d’Omaha, Warren devient milliardaire en 1985. Deux ans après, le cours de la société était de 2.950 dollars. La valeur nette de Buffett à cette époque était de 2,1 milliards de dollars, faisant de lui le neuvième homme le plus riche des États-Unis. Il est remonté dans le classement en 1991 où il est devenu le deuxième plus riche avec une valeur nette de 3,8 milliards de dollars. Les premiers associés de Warren Buffett sont également devenus fortunés. En 2008, le sage d’Omaha est devenu l’homme le plus riche du monde.

Ayant le sens de l’économie, Buffett a toujours réduit ses dépenses tout en réinvestissant ses bénéfices. Il n’a par ailleurs jamais été inquiété par les fluctuations du marché de la bourse, car il effectuait des investissements à long terme. De plus, l’investisseur ne choisit jamais des entreprises dont il ignore le fonctionnement, comme c’est le cas pour la technologie, un secteur qu’il évite.

La débâcle des frères Salomon

Warren Buffett tenait énormément à sa réputation, il a toujours cultivé l’image d’un homme honnête et intègre. Pourtant, en 1991 sa réputation a été mise à rude épreuve. La banque d’investissement dans laquelle Buffett avait investi 700 millions de dollars, et appartenant aux frères Salomon était placée au cœur d’un scandale financier, provoqué par Paul Mozer, un cadre de la banque qui avait fait des offres illégales au Trésor américain. Suite à cette action, Wall Street était en colère, et a découvert que le PDG était au courant de cette escroquerie. Les actions de la société ont fortement chuté. Durant cette épreuve, Buffett est devenu président intérimaire de Salomon, et a dû témoigner devant le Congrès américain en déclarant avoir averti les dirigeants de la banque.

Questions de famille

En 2004, Susan l’épouse de Warren est décédée d’une hémorragie cérébrale. Deux ans plus tard, il épousa Astrid Menks. En 2006, il a cédé 83% des parts de Susan à la Fondation Bill et Melinda Gates.

Bill et Melinda Gates

Critique de l’effet boule de neige

Alice Schroeder a beaucoup écrit au sujet de Warren Buffett, qui a apprécié la biographie et l’histoire de Buffett dans l’empire des affaires. Ce livre est composé de deux éléments : d’abord une biographie du plus grand investisseur de l’univers des affaires ensuite une biographie autorisée expliquant le monde des affaires et la fortune de Warren Buffett. Quelques éléments ont été ajoutés au livre, après plusieurs heures passées en compagnie du magnat de l’investissement.

Quelques citations de l’effet boule de neige

« Warren Buffett était un homme qui aimait l’argent, un homme pour qui le jeu de le collecter coulait dans ses veines comme un élément vital. »

« Quand Buffett entrait dans une pièce, l’électricité était palpable. En sa présence, les gens se sentaient frôlés par la grandeur. Ils voulaient le toucher. Ils étaient ébahis devant lui, ou bafouillaient des remarques ineptes. »

« Howard Buffett a rapidement acquis la réputation d’être peut-être le membre du Congrès le moins bavard de tous les temps à représenter son État. »

« Puisque Warren considérait chaque dollar comme 10 dollars un jour, il n’allait pas donner un dollar de plus que ce qu’il avait besoin de dépenser. »

« Il n’a jamais organisé de barbecue dans son jardin, ni fait le paresseux autour d’une piscine, ni regardé les étoiles, ni simplement fait une promenade dans les bois. Un Warren qui observe les étoiles aurait regardé la Grande Ourse et aurait vu un signe de dollar. »

« Buffett était d’un optimisme débordant quant à l’avenir économique à long terme des entreprises américaines.« 

« Si suffisamment de gens pensaient que les actions d’une entreprise valaient X, elles valaient X jusqu’à ce que suffisamment de gens pensent le contraire. »

« La seule mention que Buffett avait acheté une action pouvait, à elle seule, faire bouger son prix et réévaluer une entreprise de plusieurs centaines de millions de dollars. »

« Le témoignage de Buffett au Congrès en tant que réformateur et sauveur de Salomon l’avait transformé d’un riche investisseur en héros. »

« Buffett entreprenait presque tout de sa courte liste de tâches les plus détestées – s’engager dans une confrontation critique en colère, virer quelqu’un, couper une longue amitié soigneusement cultivée, manger de la nourriture japonaise… presque tout – [plutôt] que de faire un retrait de la Banque de Réputation. »

« À court terme, le marché est une machine à voter. À long terme, c’est une machine à peser. »

« Balzac a dit que derrière chaque grande fortune se cache un crime. Ce n’est pas vrai à Berkshire. »