Catégories
Warren Buffet

Les 5 meilleurs conseils de Warren Buffett

Warren Buffett, considéré « l’Oracle d’Omaha », est l’un des meilleurs investisseurs de l’histoire.

Warren Buffett

Voici les cinq principaux conseils de Warren Buffett en matière d’investissement

Le célèbre milliardaire américain Warren Buffett, surnommé l’Oracle d’Omaha partage ses connaissances avec ses actionnaires lors des réunions, et même à travers sa célèbre lettre qu’il adresse annuellement aux actionnaires. Grâce à cela, la philosophie d’investissement de Warren Buffett est accessible par tous. Aussi, il est possible de suivre son portefeuille sur le lien suivant : https://www.cnbc.com/berkshire-hathaway-portfolio/

Voici ces précieux conseils :

  1. L’argent est roi
    Pour l’homme d’affaires pour qui l’argent est d’une importance capitale, il est indispensable de garder des liquidités en réserve, et ce non seulement pour saisir les opportunités d’investissement ou d’acquisition mais aussi pour supporter les pertes éventuelles. 

La meilleure manière de réduire ce risque c’est d’avoir des liquidités. Buffett applique cette règle depuis toujours, mais l’a encore poussée à l’extrême durant ces deux dernières décennies. Il met toujours de côté un minimum de 20 milliards de dollars pour la Berkshire Hathaway dans le but de faire face aux imprévus. Aussi, il économise des liquidités pour pouvoir profiter des marchés baissiers lorsqu’ils émergent.

En 2008, cette stratégie a permis à Berkshire Hathaway de se prémunir contre les turbulences des marchés, tout en donnant à la holding un avantage sur les autres. Selon Warren Buffett, lorsqu’on dispose de liquidités, dans le cas de la survenue dune crise financière, il est intéressant d’utiliser cet argent pour acheter des actions à bas prix pour les revendre plus tard à haut prix, et ce en réalisant des bénéfices allant de 50 à 100%. Alors que paradoxalement, dans le cas où on aurait immobilisé l’argent dans des investissements, les pertes dans ce cas-là seraient importantes.

  1. Avoir peur de l’avidité des autres
    Le marché de la bourse génère toute sorte de sentiments liés à l’inquiétude et à l’incertitude, tels que la peur, l’angoisse et le stress. Ceci entraîne de la cupidité, et plusieurs investisseurs ne savent plus comment se comporter :  sauter le pas au risque de perdre de l’argent, ou s’abstenir d’investir et risquer de rater des opportunités. La peur de perdre de l’argent est supérieure au plaisir d’en gagner selon certains psychologues. Ce tiraillement entre la peur et la cupidité pousse l’investisseur débutant à prendre les mauvaises décisions, en investissant au plus haut et en vendant au plus bas.

En expert averti, Warren Buffet  a également connu ces moments de doute et d’incertitude à ses débuts, mais a vite compris qu’il fallait justement exploiter ces sentiments négatifs pour réaliser ses plus belles transactions. Parmi les citations les plus connues de l’investisseur américain, figure celle-ci : « Soyez inquiets lorsque les autres sont avides, et avides lorsque les autres sont inquiets ». Selon l’homme d’affaires, il faut éviter les actions trop demandées par les autres investisseurs, car elles sont certainement surévaluées. Pour lui, il est préférable de s’intéresser aux actions sous-estimées et ignorées par les autres.

Par ailleurs, il a expliqué dans l’une de ses lettres aux actionnaires ce principe. Pour l’Oracle d’Omaha, ces actions sont assurées de prendre de la valeur des années après, avec notamment les gains de productivité, l’innovation, une abondance de capital et l’esprit entrepreneurial. Toutefois, l’investisseur américain met en garde contre l’effet de panique pendant les périodes de crise, où il faut justement saisir l’opportunité d’acheter des actions à prix bradés, en faisant de la panique générale qui caractérise ces périodes de grande incertitude une « alliée ».

En décrivant son attitude et celle de son associé Charlie Munger, Buffett déclare qu’ils n’ont pas de plans magiques pour ce genre de situations, mais qu’ils voient grand en saisissant les opportunités rapidement, lorsqu’elles se présentent à eux.

  1. Les dividendes sont votre ami
    Les entreprises qui reversent des dividendes à leurs actionnaires, bénéficient d’une bonne santé financière. Ce sont les préférées de Warren Buffett. Il existe même des entreprises appelées les Dividend Aristocrats, et qui reversent à leurs clients des dividendes ayant augmenté au cours des deux dernières décennies. Ce type d’actions est très prisé par les investisseurs et est devenu très populaire.

Au sujet de ses actions chez Coca-Cola, Buffett a indiqué que le montant global des dividendes versés par sa position dans l’entreprise pourrait dépasser le montant payé lors de l’achat des actions.

Pour Buffett, la raison de sa préférence pour ce type d’actions est simple. Ne versant pas de dividendes à ses actionnaires dans le but de conserver du cash pour le réinvestir ou pour renforcer ses positions, l’homme d’affaires aime en recevoir. Comme Warren Buffett est renommé pour son sens développé de l’économie, il applique cette règle dans le domaine de l’investissement. Il n’aime pas dépenser de l’argent, tout en ne reversant aucun dividende à ses actionnaires, mais il choisit paradoxalement des actions à dividendes lorsqu’il en achète.

  1. Achetez toujours des actions sous-évaluées
    M. Buffett est réputé pour cette règle d’investissement. Il faut acheter des actions sous-évaluées, en se basant sur leur valeur intrinsèque qui se calcule en examinant les fondamentaux de l’entreprise pendant les cinq dernières années, voire plus dans certains cas. Pour ce type d’actions, le milliardaire américain préfère savoir si l’entreprise n’est pas sous-évaluée. Aussi, il accorde une grande importance au rendement des capitaux propres ainsi qu’aux marges d’exploitation. Il doit se rassurer au sujet de l’absence d’endettement de l’entreprise. Il compare l’entreprise à son groupe de pairs et aime voir si elle n’est pas sous-évaluée.

Il calcule la valeur intrinsèque en examinant les fondamentaux de l’entreprise – au minimum sur les cinq dernières années, parfois plus. Il s’intéresse beaucoup au rendement des capitaux propres, aux marges d’exploitation et à l’absence ou au faible niveau d’endettement. Il compare l’entreprise à son groupe de pairs et aime voir si elle n’est pas sous-évaluée.

En règle générale, l’investisseur préfère les entreprises ayant une caractéristique particulière ou qui ont un certain type de monopole. Il peut s’agir de gestion, comme il peut s’agir de technologie, bien que l’homme d’affaires ne soit pas friand de ce deuxième type d’investissements car pour Buffett il faut s’interroger si l’entreprise technologique sera en mesure ou non de vendre ses produits trente ans plus tard. Pour l’homme d’affaires il faut choisir des actions disposant de valeur intrinsèque.

  1. Acheter et conserver
    Lorsque Buffett investit dans une action, c’est pour une longue période. Il conserve ses positions des années durant. C’est un investisseur « buy-and-hold ».  Cependant, l’investisseur préconise la vérification régulière du portefeuille pour savoir si l’entreprise perd son avantage. Il déconseille de garder les actions d’une entreprise dont les fondamentaux ont changé. Lorsque c’est le cas, Buffett préfère réduire sa position ou vendre. 

Lors d’une prise de parole à la télévision américaine, Warren Buffet avait déclaré qu’il croyait dans le fait de posséder des actifs sous forme d’entreprises ou de biens immobiliers. Pour lui, certains actifs marchent mieux que d’autres pendant certaines années. C’est pourquoi, il estime qu’un investisseur qui possède l’un de ces actifs et qu’il le conserve pendant vingt ans, il peut en tirer profit le moment opportun.

Par ailleurs, Buffett est très patient, pour lui il faut investir et non négocier. C’est pourquoi il conseille d’attendre de trouver la bonne entreprise pour investir mais d’attendre le meilleur prix pour acheter. Dans son cas, il n’a acheté de manière frénétique que durant la Grande Récession, où les cours avaient chuté. Ces investissements lui ont permis de réaliser des années plus tard de bons rendements.

La Grande Dépression